CONNEXION AVEC… Manuel Estrada, Prix National de Design 2017

Le design n’est pas une cerise sur le gâteau. Toute une déclaration d’intentions qui définit la personne et est, à la fois, le titre de l’une des études publiées sur le sujet par Manuel Estrada. Ce n’est pas par hasard qu’on lui a décerné le Prix National de Design 2017 pour son engagement : faire du design un outil de progrès commercial, social et culturel.

Image corporative, logos, design éditorial et un long etcetera marque la trajectoire de l’un des plus importants graphistes du territoire national et international. Grâce à cette section, nous nous connectons à la partie la plus inspirante de Manuel Estrada.

Manuel Estrada

La question de la rigueur : comment assimiler personnellement et professionnellement un Prix National de Design ?

Le prix est à moi mais il appartient aussi à tout le studio. J’ai créé une sorte « d’auto-vaccin » contre les récompenses, car dès que je l’intériorise, je pense qu’il faut continuer à travailler, car nous devons toujours résoudre les problèmes en peu de temps : questions économiques et créatives qui nous rendent mi-entrepreneurs et mi-artistes.

Je remercie le jury pour le texte qu’il a écrit pour la remise du Prix National du Design. Il introduit des facteurs culturels dans le design des entreprises, comme éléments apportant une image de qualité de l’Espagne et qui a aidé certaines entreprises à améliorer leurs résultats. Bref, ils ont dit ce qu’il me semble important. Quoi qu’il en soit, j’essaie que ça ne me monte pas trop à la tête, car sinon lundi c’est pire.

Avons-nous dépassé l’idée du design comme simple décoration ?

Ces derniers temps, le design est passé de ne pas exister, qu’il ne soit pas considéré comme un facteur stratégique, à le concevoir comme quelque chose qui n’intervient que comme un facteur esthétique des choses. C’est pourquoi j’ai publié Le design n’est pas la cerise sur le gâteau, car lorsque vous approfondissez dans une entreprise, vous réalisez qu’ils conçoivent un objet remplissant une fonction et ils ne voient pas que cette fonctionnalité est en accord avec son esthétique : les deux sont des questions de design. J’observe que nous devons encore mettre en place ce point de vue pour que le design devienne réellement un facteur d’activité, car 50% des grandes entreprises déclarent ne jamais avoir utilisé le design dans ce sens.

Manuel Estrada logo Pabellón de EspañaComment le design et la culture sont-ils liés au monde des affaires ?

Le design est un outil qui peut rendre nos entreprises plus compétitives en les différenciant. Nous avons un taux de chômage chez les jeunes de 40 % et un taux de chômage structurel qui ne tombe pas en dessous de 20 % ; Ce ne sera pas un baume, mais cela aidera en tant qu’élément stratégique qui améliore la transformation d’une entreprise. Ceci, à son tour, repose sur le fait que l’équipe de direction croie en cette possibilité, car elle permet d’obtenir de meilleurs résultats. Si l’information dont dispose les concepteurs est plus complète et vaste, la mise en place de la marque sera plus simple.

Quelle est la clé d’un bon design ?

La clé réside dans la composante culturelle, comprise comme le moyen d’ordonner le savoir collectif, de savoir situer une entreprise dans une époque et de faire percevoir son activité. Les tendances ne sont pas le plus important, cependant, les contraintes culturelles le sont : lorsqu’une entreprise lance un produit, une marque, un meuble… elle doit pouvoir se positionner et se connecter avec la sensibilité et le goût les plus pointus, quelque chose où le design prend beaucoup de place. La fonctionnalité et l’idée d’atteindre les objectifs ne suffisent pas, ce serait une solution qui resterait à un niveau inférieur.

Manuel Estrada logo ConstituciónDans un tout un autre domaine, nous savons que l’architecture nous abrite avec peu d’intervention de la part d’un architecte ; il suffit que la structure et les matériaux soient bons, fiables, mais nous savons aussi qu’une bonne architecture possède une signature, ce qui veut dire qu’elle ajoute quelque chose en plus à cette fonctionnalité.

De même pour les marques, certaines ont également une signature. J’aime utiliser IBM comme exemple, une entreprise de technologie qui a un logo datant de la fin des années cinquante et qui résiste sans aucune retouche. Je souligne également le logo de La Caixa proposé par Landor avec un fragment d’un tableau de Miró ou le design de Stankowski par la Deutsche Bank.

Nous pouvons en conclure que toutes les chaises servent à s’asseoir, mais il y en a qui sont mémorables car elles apportent une signification culturelle, en plus de tenir dix ans et de continuer à remplir leur fonction.

Qu’est-ce qui définit un bon graphiste ?

La curiosité est un élément très important. Un bon graphiste doit être capable de comprendre plusieurs problèmes à la fois, car comprendre un problème est essentiel pour savoir le résoudre et apprendre à poser de bonnes questions. Parfois, les besoins sont bien pensés, mais pas les problèmes. Pour ce faire, il est essentiel d’avoir les capacités précédentes de se situer dans les problèmes, ce que vous ne pouvez faire que si vous accumulez, je dirais presque émotionnellement, les informations. Ainsi, vos réponses seront plus longues, plus profondes et plus transversales.

Quels sont vos projets en cours ? Vers où aimeriez-vous porter votre travail dans l’avenir ?

On nous a commandé un petit musée romantique d’une peintre inconnue, Bea Rey, un beau projet qui sortira en octobre. Dans ce contexte muséal, nous sommes accompagnés d’autres équipes espagnoles dont fait partie, entre autres, l’architecte des Collections Royales, pour développer un important musée qui sera ouvert prochainement.

D’un autre côté, je continue à faire des projets de livres pour Alianza au sein d’une collection de littérature. Nous travaillons également sur une marque pour Nedgia et hors d’Espagne sur un autre projet de marque à New York.

Manuel Estrada logo editorial AlianzaQuelle serait la commande de vos rêves ?

Le design ne va pas changer le monde, mais je suis en mesure de dire que nous avons aidé Madrid à avoir une marque au niveau que la ville mérite, bien qu’elle n’ait pas autant pris soin de son image que ce qu’elle devrait. Je suis également intéressé par les questions environnementales, sur lesquelles nous avons travaillé ces dernières années.

En dehors du territoire national, nous avons une petite entreprise aux États-Unis et je souhaite toujours développer des projets à l’étranger car cela vous permet d’atteindre une perspective plus globale. Le fait que les commandes soient différentes nous permet de voir ce qui est commun et divers dans la nature des problèmes. Cela me fait apprendre trois fois plus que lorsque tout vient du même endroit.

Processus ou résultat final : quelle partie de votre travail appréciez-vous le plus et pourquoi ?

Je m’amuse en concevant. Il y a des moments angoissants parce que les machines ont introduit un facteur trompeur de vitesse : tout le monde pense que les commandes peuvent être livrées en moins de temps, alors que le plus compliqué reste de penser et de comprendre, et donc de le dessiner.

Les idées initiales sont les plus amusantes. Il y a des phases dans les moments de création qui sont se voir soi-même. Comme l’a dit John Berger, le dessin est une manière d’étudier ce que nous pensons, laissant la main aller de manière à répondre automatiquement à une question que nous nous posons.

Manuel Estrada logoQu’est-ce qui vous inspire chaque jour ? Avez-vous un rituel, consultez-vous une publication qui soit pour vous une bible… ?

Je n’ai pas de rituel parce que l’inspiration apparaît dans les endroits les plus insoupçonnés. Je pense que la lumière m’aide, surtout dans un avion. Je remarquerais également la musique ; j’ai découvert que les concerts pour violon 1, 3, 4 et 5 de Mozart et leurs vibrations font partie de mon processus de création. En guise de curiosité, un ami français m’avait recommandé un livre sur la musique et la créativité dans lequel on parlait justement de la musique baroque et des concerts 3 et 5 pour violon de Mozart.

Comment connectez-vous avec ce qui vous intéresse ? Vous considérez-vous comme numérique ou analogique ?

Je suis plus analogique, mais pour la recherche d’informations, le portable est un allié. Dans mon entourage, nous travaillons toujours avec l’ordinateur, avec le portable et la tablette. Pourtant, pour penser et concevoir, surtout au début du processus de création, j’utilise des cahiers, des crayons… le dessin à main prévaut. J’ai essayé de le faire sur une tablette, mais j’insiste sur le fait de dessiner comme outil de recherche pour vérifier ce que ma tête pense de quelque chose. Les esquisses sont expressives et permettent de comprendre la relation avec le travail final.

Manuel Estrada logo museoComment déconnectez-vous pour reprendre des forces pour poursuivre le travail créatif ?

Je déconnecte peu car mon travail n’implique aucun fardeau. Parfois, je me réveille en pensant au design, avant même de sortir un pied du lit. Même pendant mes voyages, j’essaie de visiter des musées, des expositions …

Dans la vie de tous les jours, j’essaie de voir beaucoup de cinéma pour tourner la page de la journée, et la randonnée en pleine nature pendant le week-end – quatre ou cinq heures – aide à recharger les batteries. C’est quelque chose de très hygiénique pour la tête, pas seulement pour le physique.

Si vous ne vous étiez pas consacré au graphisme, à quoi vous seriez-vous consacré ?

Je voyais que l’architecture était trop rigide pour quelqu’un qui voulait être libre. Cependant, au fil du temps, j’ai constaté que la liberté totale n’existait pas et j’ai retrouvé un sens à cette discipline. En ce sens, dans mon réveil, je recommande sans aucun doute, Combien pèse votre bâtiment, M. Foster ?, un exemple de la façon de faire face aux défis du processus créatif.

Dans une bifurcation de ma vie, j’aurais voulu me consacrer à l’écriture et à dessiner des histoires pour enfants. C’est quelque chose que je fais pour ceux qui m’entourent et en fait je suis jury de concours … Mais je considère que c’est un métier qui demande une vie tranquille et j’ai besoin de l’impulsion de la ville.

Avec quel professionnel du design souhaitez-vous vous connecter ?

La vérité est que je n’hésite pas à connecter avec quelqu’un que j’admire ou dont je suis le travail. Dernièrement, j’ai eu la chance de rencontrer Milton Graser, designer de référence internationale dont le travail sera exposé dans la deuxième édition de Madrid Gráfica.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies