Fernando Abellanas (Valence, 1984) est un designer autodidacte qui conçoit des meubles en matériaux nobles tels que le métal, la pierre et le bois sous la marque Lebrel. Nous vous invitons à faire un tour sur son compte Instagram, rempli d’objets de caractère artisanal élégants, simples et fonctionnels. Les mêmes que nous pouvons voir dans sa maison / atelier / showroom, pour laquelle il a consacré 3 ans à la construction.

Lebrel est un créateur du genre à travailler avec ses mains. Il crée en fabriquant et il fabrique en créant. Il a déjà un nom sur la scène du design national, mais il n’y a pas si longtemps, il finançait ses projets avec son travail de plombier. Il est très facile de se connecter avec cet esprit artisanal.

Fernando Abellanas, Lebrel, dans son atelier

 

Comment Fernando Abellanas en vient-il à concevoir ?

Depuis mon enfance, je suis attiré par le dessin et la peinture et mon intention a toujours été d’étudier les beaux-arts. Bien que, vers mes 18 ou 19 ans, pour différentes raisons, j’ai décidé de quitter l’école et de commencer à travailler dans une usine. Deux ans plus tard, je l’ai abandonnée pour travailler en tant que plombier indépendant, un travail que j’avais appris dans mon temps libre de manière autodidacte. Au fil du temps, une fois parvenu à une certaine stabilité économique, j’ai décidé de reprendre parallèlement ces préoccupations de l’enfance, bien que mon intérêt se soit alors dirigé vers le design. Mon expérience de travail avec les mains et avec quelques matériels – des outils – m’a permis de matérialiser certaines idées et conceptions que je développais pour mon intérêt personnel. Peu de temps après, j’ai reçu des commandes qui m’ont permis d’améliorer mes ressources et mes connaissances.

 

Continuez-vous dans la plomberie ou le design est-il déjà devenu votre mode de vie à part entière ?

Je suis de plus en plus près de me consacrer uniquement au design, même si je conserve encore quelques clients. La plomberie a été un travail très stable pendant de nombreuses années.

 

Comment raconteriez-vous ce qu’est Lebrel à quelqu’un qui ne vous connaît pas ? Parce que cela dépasse la conception des produits.

Le fait d’avoir débuté dans le design, soutenu par un autre travail en parallèle qui couvrait mes besoins économiques, m’a permis de jouir d’une grande liberté lors de la sélection des projets dans lesquels je souhaitais travailler, ce qui me permettait d’alterner des projets purement de produit avec d’autres plus artistiques et personnels, sans distinguer s’ils étaient payés ou pas.

Cette liberté me permet de développer d’autres préoccupations plus proches de l’architecture telles que l’espace, le refuge…

Avec l’un de ces projets personnels, Lebrel s’est imposé dans la presse nationale et internationale. The Guardian, The Washington Post, Dezeen, El País… ont montré au monde « Studio Secret » : un espace pour se réfugier dans la ville même, à l’intérieur de la ville. Caché à la vue de tous, suspendu sous un pont de la province de Valence. Les espaces urbains qui passent inaperçus pour la plupart d’entre nous génèrent des réflexions chez Fernando Abellanas qui se matérialisent parfois dans des projets singuliers comme celui-ci.

 

A-t-on déjà retrouvé votre « Studio secret » ?

Oui, environ un an plus tard, il a été démantelé par les services de maintenance et de nettoyage de la ville.

Vers où aimeriez-vous emmener Lebrel à l’avenir ?

Je suis content de pouvoir continuer à travailler au maximum à partir de problèmes, de doutes et d’idées qui surviennent tous les jours. Continuer à apprendre et à sortir de mes gonds pour chacun d’entre eux de la même façon que je le fais maintenant.

 

Qu’aimeriez-vous concevoir ? Quelle serait la commande de vos rêves, en toute liberté, sans limite de temps ni de budget ?

Dernièrement, je pense beaucoup à la cabane. Plus dans le concept comme refuge que dans la cabane idyllique. Je m’intéresse à l’idée de reprendre les sensations de l’enfance qui leur sont liées. J’aimerais beaucoup travailler sur un projet en rapport avec ce sujet.

C’est peut-être pour cela qu’Ignacio Vleming s’inspire de Lebrel pour écrire Fisura, un livre « d’aventures architecturales » qui tourne autour des possibilités d’espace résiduel dans la ville. Son protagoniste, Joris, est l’alter-ego de Lebrel, qui se consacre à imaginer différentes alternatives pour doter d’utilisation et de sens des lieux anonymes. Pour sa présentation, Lebrel a créé une cabane conçue pour être installée dans la structure d’une tour électrique, un moyen de tirer parti de ces espaces abandonnés.

Fernando Abellanas travaillant dans la cabane pour la présentation de « Fisure »

D’après votre expérience, quelle est la clé pour un bon design ?

D’après moi, il est important qu’un design soit honnête, durable et intemporel.

 

De tout votre travail, y en a-t-il un dont vous vous sentez le plus fier ?

Mes derniers ouvrages sont toujours les plus satisfaisants parce que j’apprends pour chacun d’entre eux, et les suivants sont toujours meilleurs.

 

Apprécions-nous le design et le travail de l’artisan designer comme il le mérite ?

Je pense que les gens y pensent de plus en plus. En tant qu’artiste designer, j’offre la possibilité de travailler de manière beaucoup plus dynamique et c’est pour cela que les gens sont satisfaits.

 

Vous avez dit un jour qu’un « designer est une personne créative 24 heures sur 24 ». Qu’est-ce qui définit alors un bon designer ?

Pour moi, un bon designer doit être une personne curieuse. Parfois, de nouvelles solutions apparaissent simplement en faisant des recherches, et vous pouvez ensuite les appliquer à de nouveaux projets. Il s’agit d’accumuler des connaissances qui se révéleront plus tard utiles pour le travail.

 

Comment se passe votre travail ? De quelle partie profitez-vous le plus et pourquoi ?

Tous mes projets commencent par le dessin, quelque chose de très abstrait qui va ensuite directement à l’atelier. Là, j’essaye différentes options jusqu’à ce que la matérialisation de l’idée aboutisse.

Qu’est-ce qui vous inspire jour après jour ? Avez-vous un rituel, consultez-vous une publication qui est pour vous comme une « bible »… ?

L’architecture m’attire beaucoup, c’est de là que j’extrais des formes et des détails que j’applique ensuite au mobilier.

 

Comment vous connectez-vous avec ce qui vous intéresse ? Êtes-vous plus numérique ou analogique ?

En ce qui concerne les technologies, je vis à l’âge de pierre, mais il est vrai que les réseaux sociaux m’ont beaucoup aidé à faire connaître mon travail. Instagram en est un bon exemple.

 

Comment vous déconnectez-vous du travail créatif, alors que votre logement et votre atelier ne font qu’un ?

La vérité est que je ne me déconnecte jamais. Je considère le design plus comme un mode de vie que comme un simple travail.

 

Avec quel professionnel du design voudriez-vous vous connecter ? Quelles sont vos références en design ?

Le travail d’Andreu Alfaro est pour moi une référence, il se place entre la partie la plus industrielle du design et l’art en tant qu’objet.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies