Le meilleur moyen d’empêcher les citoyens de souffrir d’un trouble déficitaire de la nature, appelé «syndrome de Heidi », consiste à incorporer la nature dans nos villes. L’introduction des potagers urbains ou des toits végétaux urbains dans les villes fait partie des principes de «l’urbanisme vert», qui vise à créer des villes plus durables et plus bénéfiques pour les êtres humains. Aujourd’hui, nous vous apportons quelques initiatives uniques.

Vert vertical

L’incorporation de murs verts attire d’autant plus notre attention dans les paysages urbains, avec des exemples spectaculaires comme le musée du Quai Branly à Paris, qui abrite plus de 15 000 plantes de 150 espèces, ou le CaixaForum au centre de Madrid, à 24 mètres de hauteur.

One Central Park en Sydney se vante d’abriter les plus hauts jardins verticaux du monde. Les jardins de ces deux tours, conçus par Jean Nouvel, recouvrent 50% de la façade et servent de dispositif de contrôle naturel du soleil.

Parmi d’autres initiatives particulières, citons le Bosco Verticale à Milan, deux gratte-ciel conçus par l’architecte Stefano Boeri avec plus de 2 000 espèces de plantes et Supertree Grove, à Singapour, une forêt de 18 arbres de 25 à 50 mètres de haut recouverts de plantes, conçus par Grant Associates.

Recyclant des voies

Le High Line Park est construit sur la plate-forme surélevée de l’ancien chemin de fer du Meatpack District de New York. Les routes abandonnées sont devenues un parc public recouvert de végétation, qui sert également de refuge à une grande variété d’espèces sauvages.

À Madrid, ce fut le parcours de l’ancien M-30, aujourd’hui souterrain, qui a permis la naissance d’un nouveau poumon vert de la ville et la récupération des berges du fleuve Manzanares avec le projet de Madrid Río.

Attachez vos ceintures… vertes

Au Tempelhof Feld, à Berlin, les gens empruntent à vélo ce qui était autrefois les pistes d’atterrissages du premier aéroport de la ville. Ses 386 hectares en font le plus grand parc de Berlin, avec des zones de promenade, de sport, de jardinage, de pique-nique …

 

Une nouvelle vie pour les anciennes enceintes industrielles

Choisie par The Guardian comme l’une des dix plus belles oasis urbaines du monde, la fusion entre la nature et le patrimoine industriel du landschaftspark de Duisburg attire un demi-million de visiteurs par an.

La poubelle qui passe au vert

Fresh Kills fut jusqu’à sa fermeture en 2001 la plus grande décharge aux États-Unis et l’une des plus grandes au monde. Située à Staten Island, un projet depuis 2008 vise à en faire le principal poumon vert de New York.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies